?
Avec une opposition privative, on est dans la dichotomie la plus claire (absence/présence), alors qu’avec une opposition de longueur, on est dans le continuum, avec toutes les erreurs d’appréciation que cela peut comporter.
ماضي نقلي
Foramtion de ماضي نقلي
Le parfait est formé du participe passé suivi des formes enclitiques du verbe “être” :
Participe passé + désinences personnelles
Les désinences personnelles sont les suivantes :
Singulier :
1. -am – اَم
2. -i – اي
3. -ast – است
Pluriel :
1. -im – ايم
2. -id (-in) – ايد
3. -and (-an) – اند
A la troisième personne singulier et 3ème pluriel, dans l’usage familier, les désinences -ast, -and se réduisent phonétiquement à -as, -an. A la 2ème pluriel, le persan parlé de Téhéran connaît une désinence -in, très usitée.
خوردن
SUJET
Passé composé :
Parfait
ماضي نقلي
Désinence
شناسه
Participe passé
صفت مفعولي
شخص
1ère personne du singulier
J’ai acheté
– اَم
خريده
من
اول شخص مفرد
2ème personne du singulier
Tu as acheté
– اي
خريده
تو
دوم شخص مفرد
3ème personne du singulier
Il/Elle a acheté
– است
خريده
او
سوم شخص مفرد
1ère personne du pluriel
Nous avons acheté
– ايم
خريده
ما
اول شخص جمع
2ème personne du pluriel
Vous avez acheté
– ايد
خريده
شما
دوم شخص جمع
3ème personne du pluriel
Ils/Elles ont acheté
– اند
خريده
آنها
سوم شخص جمع
Ces formes sont surtout littéraires. Dans la langue familière, la finale du participe passé se contracte avec l’enclitique( les formes : 1ère personne singulière : -am et 3ème personne pluriel : -an[d] de la copule verbale enclitique peuvent se contracter avec un â ou un e final ; Ex : شرمندم شرمنده ام و) de telle sorte que, sauf à la troisième personne singulière, où le résultat est : xaride خريده , les formes du parfait se confondent avec celles de prétérit : xaridam, xaridi… خريدم، خريدي; elles en restent néanmoins distinctes par l’accentuation : prét. Xar’idam خريدم, parfait xarid’eam خريده ام .
Dans la langue littéraire, au lieu de xaride-ast خريده است , on emploie fréquemment aussi xaride خريده.
Emploi de ماضي نقلي
Le parfait exprime une action achevée dans le passé, en impliquant une référence au présent : le résultat de cette action est envisagée au point de vue du présent. Il a donc en quelque sorte deux faces, l’une tournée vers le passé, l’autre vers le présent ; selon que l’une ou l’autre est mise en relief, il a deux séries d’emploi bien distinctes :
A) Comme parfait proprement dit, il exprime le résultat présent d’une action achevée dans le passé :
Persan : آمده است
Français : Il est venu. Il est arrivé. Il est là.
Persan : چادر زده اند و امشب را آنجا مي مانند
Français : ils ont planté la tente et resteront là cette nuit.
Le parfait s’oppose au prétérit, qui indique soit purement et simplement que l’action a eu lieu dans le passé sans référence au présent, soit que l’action s’est accomplie à l’instant même. Dans les deux premiers exemples ci-dessus, âmad آمدsignifie soit qu’il est venu à un certain moment du passé (dans un récit) : ” il vint “, soit qu’il est arrivé à l’instant : ” le voilà ” ; de même tamâm ?od تمام شد , signifierait que le travail en question a été achevé à un certain moment du passé : ” fut achevé “, soit qu’on l’a fini à l’instant même : ” c’est fini “.
B) Dans les emplois suivants, le parfait réfère à une action passée avec une nuance particulière.
1) Action passée connue par le rapport d’autrui :
Persan : ننه رفته دم در. او فته: اكبر كجاست؟ ننه گفته: مرخصي رفته. بعد آژانه پرسيده : آقا هست؟ گفته : بله. بعد آژانه رفته اون طرف زير چنار پاي خيابون واستاده. بعد كه ننه اومد به من گفت، من يواشكي رفتم تو باغ
Français : ” Nané est allée à la porte. Lui (l’agent de police) a dit : Où est Akbar ? Elle a dit : Il est parti en congé. Alors l’agent a demandé : Monsieur est là ? Elle a dit : Oui. Il a dit : Il est réveillé ? Nané a dit : Oui. Alors l’agent est allé de l’autre côté se planter (litt. S’est planté) sous le platane au bord de l’avenue. Ensuite quant Nané est venue me dire (litt. m’a dit) ça, je suis allée tout doucement dans le jardin… ”
Ce récit qui est simplement en langue parlée, est extrait d’un dialogue de comédie. L’emploi du parfait dans la première partie (rafte, gofte, gofte, porside, gofte, gofte, gofte, rafte, vâ-ssâde) indique qu’il s’agit de ce que le personnage qui parle (une femme) a appris du personnage nommé Nané. En revanche les verbes suivants (umad, goft, raftam) sont au prétérit : ils énoncent les faits connus du personnage par expérience directe.
Ex :
Persan : بنا به بامداد ميرزا حبيب در سال 1303 (هجري قمري) ترجمه حاجي بابا را به انجام رسانيده است
Français : Selon Bâmdâd, Mirzâ Habib a achevé (litt. mené à fin) la traduction de Hâji Bâbâ en 1303 (de l’héjire, [calendrier lunaire].
2) Inférence :
Ex :
Persan : شب بارون اومده.
Français : Il a plu cette nuit.
(On voit au matin le sol et les toits mouillés)
Persan : تا كي در خونه باز بود؟ -من خودم كه تا ساعت ده بيدار بودم، ديدمش راه ميرفت، لابد تا صُب بوده
Français : Jusqu’à quand est-il resté (litt. a-t-il) à la porte ? -Moi-même je suis restée éveillée jusqu’à dix heures, je l’ai vu marcher : sûrement il est resté jusqu’au matin.
(Ayant vu le personnage en question devant la porte le soir et le matin, on conclut qu’il y resté toute la nuit.)
Persan : شتري كه پشم پالتوي مرا تهيه ديده حتما به بيماري گاري مبتلا بوده است
Français : Le chameau qui a fourni le poil de mon pardessus souffrait sûrement de la gale.
(D’après l’aspect du pardessus)
3) Rétrospective :
Ex :
Persan : با چشم هاي بسته بيدار بود و به خاطر داشت كه چند لحظه پيش چشم هايش را گشوده است
Français : Les yeux fermés, il était éveillé et il se rappelait que quelques instants plus tôt il avait (litt. a) ouvert les yeux.
Persan : عجب دنيا فراموشكاره! من با مرحوم ابوي تان بزرگ شده ام، و سالها ميگذشن كه همديگر را نديده بوديم
Français : Comme ce bas monde est oublieux ! j’ai grandi avec votre défunt père, et il y avait des années que nous ne nous étions vus.
Les emplois indiqués sous les numérotés 1 et 2 relèvent de la catégorie qu’on appelle en linguistique le médiatif ; l’emploi n° 3 doit plutôt être considéré comme expérienciel. Ils ont en commun de comporter, outre la mention des faits passés, une référence abstraite à la prise de connaissance ou de conscience de ces faits (par ouï-dire, observation des conséquences, remémoration) : cette référence abstraite introduit une distance entre le locuteur et les évènements rapportés. C’est par là que le parfait dans ces emplois s’oppose au prétérit, qui mentionne les faits purement et simplement.
Les différences et les ressemblances
Il est un point sur lequel les linguistes sont d’accord entre eux : c’est celui de l’aspect accompli, qui est le trait commun de toutes les formes composées. P. Imbs dit à ce propos :
” L’antériorité dérive directement de l’accompli. Un procès accompli est nécessairement antérieur à un autre procès surgissant au moment où il réalise son accomplissement. Seulement, dans ce cas, la notion d’accompli perd son relief et c’est la notion d’antériorité qui passe au premier plan de l’évocation. Entre l’accompli et l’antérieur le départ est affaire d’accent. ”
Toutefois des différences existent entre ces trois langues (française, anglaise et persane) quant à la fréquence d’emploi du passé composé.
Les emplois du passé composé en français et en persan sont déterminés en tant que temps verbaux; d’un côté, ils sont beaucoup plus fréquents que les autres formes verbales, et d’un autre côté, ce sont des temps où l’interférence entre leurs emplois et leurs dispositions dans la chaîne parlée est souvent inévitable. De nombreuses situations se trouvent dans lesquelles les références temporelles sont toutes dénaturées et la recherche des équivalents entre ces deux temps devient perturbante. En effet, chacun d’eux peut avoir une signification au delà de ses bornes sémantiques. Les points problématiques rencontrés dans une étude contrastive sur l’emploi de ces temps montrent que lorsqu’il s’agit de la traduction du français en persan et surtout, quand il consiste à traduire une phrase du passé composé, le nombre des erreurs augmente. Si bien que les habiletés et les connaissances du traducteur pour contrôler ces erreurs sont très graves mais en tous cas, dans quelques contextes, le présent du français se traduit par le passé composé du persan:
Ex :
Français : Ces bons gens qui dorment tranquillement.7
Persan : ببين مردم چه راحت خوابيده اند.8
Français : Un autre point intrigue la police.9
Persan : موضوع ديگري هم پليس را كنجكاو كرده است.10
A ce qu’il paraît, dans ces phrases, la concordance des temps n’a pas été respectée; au moins, à première vue, la structure verbale semble différente dans les deux énoncés. A vrai dire, contrairement à la divergence temporelle et structurelle des phrases, sémantiquement, la phrase persane est tout à fait correcte bien qu’il soit au passé composé. Au fait, le passé employé dans cet énoncé exprime le présent, c’est à dire qu’il ne saisit pas un procès réalisé et achevé, mais il désigne un fait en cours d’accomplissement. Effectivement cet emploi du /ماضي نقلي/ en persan est dû au fait que cette forme temporelle garde, dans cette langue, sa relation directe avec le moment de l’élocution puisque pour certains verbes dotés de l’aspect télique, cette forme verbale exprime à la fois l’accomplissement de l’action et l’état qui suit cette action. Il est à ajouter que cette qualité du passé composé n’est pas valable en persan pour

دسته بندی : No category

دیدگاهتان را بنویسید